Apr 202017
 

Srimad Bhagavatan 7.9.5 — Mayapur, 25 fevrier 1977

Pradyumna: Traduction – “Quand le Seigneur Nrsimha-deva vu le petit garçon Prahlāda Mahārāja allongé à Ses pieds pareils aux lotus, l’affection envers Son dévot est devenu encore plus extatique. Prahlāda se redressant, le Seigneur plaça Sa main pareils aux lotus sur la tête du garçon parce que Sa main est toujours prête à récompenser l’intrépidité de l’ensemble de Ses dévots”.
Prabhupāda:
sva-pāda-mūle patitaṁ tam arbhakaṁ
vilokya devaḥ kṛpayā pariplutaḥ
utthāpya tac-chīrṣṇy adadhāt karāmbujaṁ
kālāhi-vitrasta-dhiyāṁ kṛtābhayam
(SB 7.9.5)
De devenir un dévot ou favori de Dieu la Personne Suprême est très facile. Ce n’est pas du tout difficile. Ici, nous voyons l’exemple, Prahlāda Mahārāja, âgé de cinq-ans… (Pause)… Étant un dévot, il sait qui est le Seigneur Suprême, et il a offert son hommage. C’est sa qualification. N’importe qui peut faire cela. N’importe qui peut venir ici dans le temple et offrir son hommage. Où est la difficulté? Simplement, il faut avoir la compréhension que “Voici le Seigneur Suprême, Kṛṣṇa ou Nrsimha-deva ou une quelconque de ses multi-extensions”.
Dans les śāstras il est dit, Advaitam acyutam anādim ananta-rupam (Bs. 5.33). Kṛṣṇa est ananta-rupam. Par conséquent, chaque rupa est l’expansion de Kṛṣṇa, le rūpa originel. Le rūpa originel est Kṛṣṇa. Krsnas tu bhagavan svayam (SB 1.3.28). Ensuite, il y a tellement de rupas: Rama, Nrsimha, Vahara, Balarama, Parasurama, Mina, Tortue, Nrsimha-deva. Ramadi-mūrtisu kala-niyamena tisthan (Bs. 5.39). Il existe toujours sous différentes formes, pas qu’il existe uniquement sous la forme de Kṛṣṇa. Chaque forme, ramadi-mūrtisu. Le même exemple, comme nous l’avons donné à plusieurs reprises: tout comme le soleil, le temps du soleil, de vingt-quatre heures après vingt-quatre heures ou vingt-quatre incarnations, tout est présent. Ce n’est pas que maintenant il est, par exemple, huit heures, et puis sept heures est terminé. Non. Il est sept heures dans toute autre partie du monde. Ou neuf heures. Neuf heures est également présent. Douze heures est également présent. Nous avons une montre donnée par Gurukrpa Maharaja. (Rires) Il l’a apporté du Japon. Elle est très jolie. Immédiatement, vous pouvez voir quel est, maintenant, le temps à différents endroits – immédiatement. Donc, Elles sont toutes existantes. Par conséquent le līlā de Kṛṣṇa est appelé nitya-Lila, pas que pendant que le līlā se passe, les autres Lila sont fini, non. Tout est en vigueur simultané. Par conséquent, ce mot est utilisé, ramadi-mūrtisu. Ramadi-mūrtisu kala-niyamena tis… Niyamena. Exactement en temps voulu. Tout comme le soleil, exactement. Autrefois il n’y avait pas de montre, mais par l’ombre on pouvait étudier. Vous pouvez étudier maintenant, même maintenant. Dans notre enfance, nous avons utilisé en voyant l’ombre pour étudier: “Maintenant, il est en ce moment” – et exactement au même moment. Donc kala-niyamena tisthan, pas au hasard – maintenant cette ombre est une heure ici, et le lendemain, une heure là-bas. Non, le même endroit, vous verrez. Kala-niyamena tisthan.
De même, le līlā de Kṛṣṇa, niyamena tisthan – exactement. Il existe d’innombrables univers. Ici Kṛṣṇa est né. Maintenant Kṛṣṇa est emmené par Vasudeva à Vrindavan. Même chose – immediatement né ici, Kṛṣṇa est allé à Vrindavan – dans un autre univers Kṛṣṇa est né, Kṛṣṇa est né de nouveau. Son līlā se passe, de cette façon. Il n’y a pas cessation, ni de divergence de temps. Exactement. Tout comme Kṛṣṇa vient sur cette terre une fois pendant la journée de Brahmâ. Donc, après tant de millions d’années Kṛṣṇa apparait à nouveau, si pas personnellement, par Son extension, amśena. Chaitanya Mahaprabhu apparaîtra exactement en temps voulu. Le Seigneur Ramacandra apparaîtra. Donc ramadi mūrtisu kala-niyamena tisthan (Bs. 5.39). Donc ce līlā, Nrsimha-deva, qui est aussi exactement dans le temps.
Donc sva-pada-mule patitam tam arbhakam. Un enfant très innocent. Si un enfant innocent comme Prahlāda Mahārāja, il peut obtenir tellement de miséricorde de Nrsimha-deva, apparence si terrifiante du Seigneur que même Laksmi ne pouvait pas approcher… Aśruta. Adrsta aśruta purva. Il n’y avait pas la forme du Seigneur. Même Laksmi ne savait pas. Mais Prahlāda Mahārāja, il n’a pas eu peur. Il savait, “Voici mon Seigneur.” Tout comme le petit animal lion, il n’a pas peur du lion. Il saute immédiatement à la tête du lion, car il sait, “c’est mon père. C’est ma mère.” De même, Prahlāda Mahārāja n’a pas eu peur, bien que Brahma et les autres, tous les demi-dieux, ont eu peur d’approcher le Seigneur. Il a simplement comme un enfant innocent s’est avancé et a offert ses hommages. Tam arbhakam vilokya. Donc, si Dieu n’est pas impersonnel. Immédiatement, il pouvait comprendre, “Oh, voici un enfant innocent. Il a été tellement harcelé par son père, et maintenant il M’offre ses hommages.” Vilokya devah krrpayā pariplutah. Il est devenu beaucoup, je veux dire, fondu de miséricorde. Donc chose, tout, tout est là.

This post has already been read 90 times

Sorry, the comment form is closed at this time.