Aug 122017
 

Srimad Bhagavatam 1.8.24 — Los Angeles, 16 avril 1973

Donc, Karna a été insulté pendant la svayamvara de Draupadi. Dans le svayamvara… svayamvara signifie grand, grand princesse, princesse très qualifiés, ils permettent de sélectionner son propre mari. Tout comme dans votre pays, le choix des époux est donnée à la jeune fille, comme elle aime. Ce n’est pas très bon pour les commune, mais ceux qui sont rares, hautement qualifié, qui sait choisir, à cette fille de la chance a été donnée pour choisir son mari, et dans des conditions très strictes. Tout comme le père de Draupadi a fait le condition – il y avait un poisson sur le plafond, et il faut percer l’oeil du poisson, pas pour regarde directement, mais en voyant l’ombre dans l’eau, vers le bas. Il y avait tant de princes. Dès que cette déclaration est là, tous les princes viennent combat. C’est le principe Ksatriya.

Donc, dans cette assemblée de la svayamvara de Draupadi il y avait aussi Karna. Draupadi savait… le but réel de Draupadi était d’accepter Arjuna comme son mari. Mais elle savait que Karna est là. Si Karna participe dans cet concurrence, alors Arjuna ne sera pas en mesure de réussir. Par conséquent, elle a déclaré que “Dans cette compétition, à l’exception des ksatriyas, personne ne peut pas participer.” Cela signifie que, Karna à ce moment-là, on ne savait pas qu’il était un Ksatriya. Il était le fils de Kunti avant son mariage. Alors, les gens ne savaient pas. Il était secret. Donc, Karna a été maintenue par un charpentier. Par conséquent, il était connu comme un Sudra. Donc, Draupadi a profité de cette situation et dit que “Je ne veux pas que les charpentiers vienent ici et fait cet concurrence. Je ne veux pas.” Donc Karna n’a pas été autorisé. Donc, Karna a pris comme une grande insulte.

Maintenant, quand Draupadi a été perdu dans le jeu, il a d’abord été de l’avant. Il était grand ami de Duryodhana. “Maintenant, nous voulons voir la beauté nue de Draupadi.” Donc il y avait des personnes âgées à la réunion. Dhṛtarāṣṭra ete la. Bhīṣma ete la, Droṇācārya. Pourtant, ils n’ont pas protesté, “Oh, qu’est-ce que vous allez faire nu une dame dans cette assemblée?” Ils n’ont pas protesté. Par conséquent asat-sabhāyāḥ, “assemblée d’hommes incultes.” Un Homme inculte veut voir une femme nue. Mais cela est devenu une mode de nos jours, vous voyez? Une femme ne doit pas être, ne doit pas être nu devant n’importe qui, auparavant, sauf son mari. C’est la culture védique. Mais parce que ces coquins voulaient voir Draupadi nu dans cette grande assemblée, ils étaient donc tous les coquins, asat. sam signifie doux, et asat signifie impoli. Donc asat sabhāyāḥ, “Dans cette assemblée des impolis, Vous avez sauvé” -Kṛṣṇa sauvé. Draupadi a été presque nu, son sari était enlevé, et le sari ne serait pas terminé. Kṛṣṇa fournissait du sari.

Donc, ils sont devenus fatigués en essayant de lui faire nu. (rires) Et elle n’a jamais été nu, et des tas de chiffon a été empilé. Ils pourraient comprendre: “C’est impossible.” Et Draupadi a également essayer tout d’abord de sauver son tissu. Et q’uest ce qu’elle peut faire? Elle est femme, et ils étaient deux hommes. Karna et Duḥśāsana essayait de lui faire nu. Alors elle pleurait et priait à Kṛṣṇa, “sauver mon honneur.” Mais elle essayait aussi, elle-même, pour ce sauver. Quand elle pensait que “Il est impossible de me sauver, mon honneur, de cette façon,” puis il (elle) a soulever les mains. Elle s’est simplement relevé ses bras et a prié, “Kṛṣṇa, si vous le souhaitez, vous pouvez me sauver.”

Donc, c’est la position. Tant que nous essayons de sauver nous-mêmes, alors ce n’est pas très bon. Si vous dépendez tout simplement sur Kṛṣṇa, “Kṛṣṇa, si vous me sauvez, c’est bon. Sinon il faut me tuer, comme vous aimez”. Vous voyes? Mārobi rākhobi—jo icchā tohārā. Bhaktivinoda Thakura dit, “Je me rends à Toi.” Mānasa, deho, geho, jo kichu mor, “Mon cher Seigneur, tout ce que j’ai eu, ma possession… Et ce que j’ai eu? J’ai ce corps. J’ai mon esprit. J’ai une petite maison et ma femme, mes enfants. C’est ma possession.” Donc mānasa, deho, geho, jo kichu mor. “Donc, tout ce que j’ai eu, ce corps, cet esprit, cette femme, ces enfants, cette maison, tout ce que j’ai, je m’abandonne à Toi.” Mānasa, deho, geho, jo kichu mor, arpiluṅ tuwā pade, nanda-kiśor. Kṛṣṇa est connu comme Nanda-Kisora​​. Il s’agit donc d’abandon, pas de réservation, rendre pleinement, akiñcana.

This post has already been read 31 times

Sorry, the comment form is closed at this time.